archimob       


  >>Accueil  
  >>Association  
  >>Projet  
  >>Bases de données  

 d 


Le projet d'Archimob


555 témoins


L’association Archimob a réalisé, entre 1999 et 2001, 555 interviews filmées dans toute la Suisse avec des témoins qui racontent leurs souvenirs de l’époque de la Seconde Guerre mondiale. Les témoins sont issus de différents milieux et de toutes les régions linguistiques de la Suisse. Réalisées selon une technique semi-directive et sur une durée de près de deux heures, les interviews laissent autant d’espace que possible à la mémoire individuelle et subjective. En complément aux travaux historiques réalisés jusque-là sur cette période, la parole est donnée ici aux témoins. Leurs récits engagent une prise de conscience de la pluralité et de l’hétérogénéité des souvenirs.

Un apport essentiel à l’image du passé


Les documents filmés doivent être conservés pour les générations futures, être accessibles au public et servir de matière pour des travaux scientifiques et médiatiques, ainsi que pour des films documentaires. Les récits de vie des témoins proposent un regard neuf ou méconnu sur la période de la Seconde Guerre mondiale. A ce titre, ils complètent l’écriture traditionnelle de l’histoire par des souvenirs personnels de témoins de différentes origines et de diverses appartenances politiques. A la suite des récentes recherches historiques, dont les travaux de la Commission Bergier, cette perspective enrichit l’image du passé de la Suisse.

«A la suite des travaux de la Commission indépendante d’experts: Suisse / Seconde Guerre mondiale, votre projet «Archimob» complète notre connaissance du passé des Suissesses et des Suisses. Il explore de nouveaux pans de notre mémoire, en s’intéressant au ressenti des personnes ayant vécu la guerre.» Ruth Dreifuss, Conseillère fédérale

Par son travail, le projet Archimob contribue de manière décisive à poursuivre la réflexion et la discussion à propos de l’histoire de la Suisse. Les récits de vie des témoins doivent également améliorer l’échange et la compréhension entre les différentes générations.



Ecrivez-nous !

Marc Reymond, mars 2017